Découverte : 3 livres à glisser dans sa valise cet été !

Si vous deviez partir sur une île déserte cet été, n’oubliez pas votre crème solaire, votre maillot de bain, vos lunettes de soleil… et vos livres à dévorer en vous faisant dorer la pillule sur la plage ! Voici une petite sélection de trois ouvrages qui vous feront rire, frissonner et réfléchir : de quoi passer des vacances passionnantes et enrichissantes !

 

 

J’apprends le français, de Marie-France Etchegoin (Éditions J-C Lattès)

Les bancs de l’école sont le dernier endroit auquel on a envie de penser quand on est en vacances. Mais on fera une exception pour l’ouvrage de la journaliste Marie-France Etchegoin. Pendant deux ans, elle a donné des cours de français langue étrangère à des migrants dans un centre d’hébergement d’urgence du 19ème arrondissement. Sans aucune formation d’enseignante, elle s’est retrouvée confrontée, deux à trois fois par semaine, à des classes principalement composées de jeunes hommes venus d’Afghanistan, du Soudan et d’Erythrée, des pays où on parle plus volontiers anglais que français.

Dans J’apprends le français, Marie-France Etchegoin raconte une expérience qui a été trop forte pour qu’elle ne la partage pas. Elle n’y parle pas vraiment de grammaire et de conjugaison (heureusement !), mais de la formidable soif de comprendre et d’apprendre de ces jeunes migrants, qui trouvent l’énergie de survivre malgré un passé douloureux et un statut précaire. « Ils se livrent par détails en apprenant le passé composé et envisagent l'avenir avec le futur simple », dit-elle joliment. L’apprentissage, finalement, est réciproque : les élèves apprennent la langue, la professeure apprend la vie. Un récit magnifique sur un thème difficile et brûlant d’actualité.

 

La Saison des feux, de Celeste Ng (Sonatine)

Shaker Heights, fin des années 1990. Une femme en chemise de nuit observe, désemparée, l’incendie qui dévore sa maison. C’est ainsi que s’ouvre le roman de l’Américaine Celeste Ng qui, après Tout ce qu’on ne s’est jamais dit, entraine à nouveau ses lecteurs dans une histoire sombre à la limite du polar. Celle-ci se déroule dans une cité idéale, une communauté planifiée située aux portes de Cleveland, dont les maisons parfaites et aux jardins manucurés ressemblent beaucoup à ceux de Desperate Housewives.

La famille Richardson, dont la maison sera aux flammes, ne dépareillerait pas non plus dans la série télévisée ; elle est bien sous tous rapports, et s’oppose aux autres protagonistes, les Warren, qui incarnent la bohême et l’incertitude. Le roman, haletant et plein de surprises, a déjà séduit l’actrice et productrice Reese Witherspoon qui, après le succès de Big Little Liars, s’apprête à l’adapter pour la télévision avec l’actrice Kerry Washington.

 

Furiously Happy, de Jenny Lawson (Fleuve Éditions)

« Cher lecteur ou lectrice. En cet instant, vous tenez ce livre entre vos mains et vous vous demandez si cela vaut le coup de le lire. Probablement pas. Mais il y a un billet caché dans la reliure, donc, si j’étais vous, je foncerais à la caisse pour l’acheter avant que votre libraire ne s’en aperçoive. » Les premières lignes de Furiously Happy sont emblématiques du style irrévérencieux de l’Américaine Jenny Lawson, qui a fait ses armes sur le web en tant que blogueuse avant de passer au papier. Ce texte, compilation de petites tranches de vie pleines d’humour, tire son origine de la dépression dont souffre l’auteure, un « petit ami violent qui partage sa vie depuis trop longtemps ». Pour dire stop à la noirceur, Jenny a décidé d’être « furieusement heureuse »… et c’est contagieux ! Un livre idéal pour rire et sourire, et qui change la façon dont on voit la vie.

0 Commentaire
Haut
de page